Vous êtes ici » Actualités » Bordeaux : tragédie inattendue dans un bar à vin suite à un mystérieux décès

Bordeaux : tragédie inattendue dans un bar à vin suite à un mystérieux décès

Du 4 au 10 septembre 2023, plusieurs personnes ayant dîné au Tchin Tchin Wine Bar, situé dans la ville de Bordeaux, ont subi les conséquences d'une intoxication alimentaire liée à du botulisme.

© L'Étoile - Bordeaux : tragédie inattendue dans un bar à vin suite à un mystérieux décès

Consulter Masquer le sommaire

Ce mercredi 13 septembre, le bilan est inquiétant : un total de 12 cas a été identifié, une femme âgée de 31 ans est décédée et 11 autres personnes sont hospitalisées.

Le calvaire vécu par une trentenaire francilienne contaminée à Bordeaux #

Après avoir séjourné à Bordeaux avec son compagnon et dîné dans ce bar à vin, la jeune femme victime est rentrée en Île-de-France. Là-bas, elle s’est rendue aux urgences pour tenter de détecter ce dont elle souffrait, sans succès.

Le problème principal résidait dans le fait que les symptômes étaient différents selon les patients atteints, rendant leur détection difficile.

À lire Le renouveau du train dans les guides touristiques pour des voyages éco-responsables

Comme l’explique Benjamin Clouzeau, médecin intensiviste, le botulisme est une maladie rare dans laquelle une toxine bactérienne bloque la conduction nerveuse pouvant entraîner des paralysies respiratoires.

Des conserves de sardines incriminées, fabriquées par le gérant du bar à vin #

Les premières victimes de l’épidémie ont été contaminées le 4 septembre suite à un repas au Tchin Tchin Wine Bar situé rue Emile Duployé derrière l’église Saint-Pierre. Tout au long de la semaine, les clients ont continué d’affluer dans ce lieu incontournable des soirées bordelaises.

L’établissement était réputé pour ses conserves de sardines faites maison par le propriétaire. Thierry Touzet, directeur adjoint de la Direction départementale de la protection des populations, souligne que le restaurateur avait lui-même confirmé qu’à l’ouverture des bocaux il y avait une mauvaise odeur et pas de vide d’air.

« Il avait une méthode très artisanale, la mise en conserve n’était pas maîtrisée », confirme-t-il.

À lire Le parmesan n’est pas végétarien, ce n’est pas le seul fromage qu’il faut éviter

La prise de conscience tardive de l’ampleur de l’épidémie #

Ce n’est que le samedi 9 septembre, soit cinq jours après le début de l’épidémie, que la première personne atteinte de botulisme s’est présentée aux urgences à Bordeaux.

La nourriture incriminée continuait alors encore d’être servie dans le bar à vin. Le lendemain, dimanche 10 septembre, un deuxième patient contaminé arrivait aux urgences. Depuis lors, les cas se sont multipliés et pourraient continuer à se manifester jusqu’au week-end du 16 et 17 septembre, qui correspond à la fin de la période d’incubation de l’infection.

Le défi des autorités pour retrouver les personnes potentiellement touchées par le botulisme #

L’enjeu est désormais de taille pour les autorités, qui doivent trouver les personnes potentiellement touchées par cette épidémie de botulisme.

À lire Ce que la couleur de votre morve peut vraiment révéler sur votre santé

En effet, si les patients présentent des symptômes précoces, il est impératif qu’ils consultent un médecin rapidement afin de bénéficier d’un traitement et éviter ainsi une paralysie potentiellement mortelle, insiste Benjamin Clouzeau.

Que retenir de cette épidémie de botulisme à Bordeaux ? #

Cet épisode dramatique met en lumière les risques liés à des pratiques de conservation non maîtrisées, et souligne l’importance d’une prise en charge rapide face aux premiers symptômes de la maladie.

Entre le 4 et le 10 septembre 2023, pas moins de 12 personnes ont été intoxiquées au botulisme après avoir dîné dans un bar à vin bordelais, entraînant la mort d’une jeune femme et l’hospitalisation de 11 autres personnes. Face à ce drame, toutes les précautions doivent être prises pour éviter que de tels cas ne se reproduisent à l’avenir.

L'Étoile est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :